Make your own free website on Tripod.com

gustavo mudo

     

 

Le parcours de Gustavo Mudo

 

 

La danse

 

L’intérêt de l’artiste à l’expression physique a commencé très tôt. Dés ses 3 ans et jusqu’à l’âge de 18 ans il a pratiqué le sport  au Lisboa Ginásio Clube, à Lisbonne. Il se forme en gymnastique de base, sportive, tremplin et acrobatie. Il a joué en outre au football et au tennis. En 1991 il a changé pour les arts martiaux, où il a connu le maître et musicien Guilherme Luz. Il a pratiqué le King Fu Toa avec lui pendant 3 ans. Après il a crée sa propre danse, résultat de toutes ses expériences. Voici ce qu’il dit sur sa danse : «Après avoir passé toute mon enfance et adolescence à pratiquer du sport de compétition et de grand effort, est arrivé le moment où j’ai trouvé quelque chose qui me relie au mouvement physique. J’ai trouvé l’art de la respiration et de la méditation. J’ai commencé à lier le mouvement à la façon d être dans la vie, comme une philosophie . Aujourd’hui j’ai une vie à mon rythme et le mouvement est une nécessité pour vivre, comme le manger qui nous nourri, les vêtements qui nous réchauffent. Maintenant je n’ai plus besoin de le chercher, parce qu’il vient à ma rencontre, comme vient à moi l’eau que je bois, comme vient le soleil vers moi pour me réchauffer.

  Dans la danse que je pratique il y a mon mouvement que je retrouve partout : dans les lits que je fais, dans les petits derrières que je nettoie, dans les promenades prés du Tejo, dans le montage des expositions, lorsque je fais l’amour.

  Je ne vois pas le mouvement séparé de ma vie, parce que tout est de la danse, tout est du mouvement, et si on pense que  la danse est de l’Art, alors tout est de l’Art».

 

·        Les penseurs et les praticiens du mouvement

 

La rencontre avec le maître et musicien Guilherme Luz, a été très importante dans le changement de perspective du mouvement physique. Il a développé avec lui une relation d’amitié qui dure encore aujourd’hui. La liaison avec l’ami et maître lui a fait associer le mouvement à tout ce qui fait la vie, lui a fait associer comment la manière dont nous exprimons physiquement est en relation avec notre façon de penser et d’agir dans le quotidien.

  Le livre «A arte de tiro com arco» de Herrigel, transmet cette association et la façon dont la pensée orientale est importante pour une vision de la réalité.

 

§         Représentations

 

2000 – Institut Macrobiotique de Portugal, Lisbonne

 

2001 – Maison de la Mairie de Castanheira de Pêra , Lisbonne

 

 

 

Le théâtre

 

Le théâtre est un complément de l’écriture. Alors que le processus de l’écriture exige le silence et l’isolement, le théâtre exige la présence des gens, et la voix fait le bruit. C’est un instrument important pour décrire en direct l’humanité. Voyons ce que dit le createur de son théâtre: «Le processus créatif au théâtre n’est pas un travail préalable avec des textes à mémoriser: cela veut dire que les textes n’existent pas. Ce qui existe c’est une esquisse, un chemin à tracer: donc c’est seulement au moment où on joue que le chemin se défini et est parcouru.»

 

 

§         Représentations théâtrales :

 

2000 – «  Meu Infinito » à l’Institut Macrobiotique de Portugal, Lisbonne 

2001 – «Meu Infinito» à la Maison de la Mairie de Castanheira de Pêra, Lisbonne

2001 – «Morrer e Viver» à l’Espace Mayart, Costa da Caparica

2001 – «Morrer e Viver» à l’Espace Ying-Yang, Lisbonne